SEANCE D'ESSAI GRATUITE
Cliquer pour en savoir +

Historique

La boxe thaï ou le muay thai, parfois appelée boxe thaïlandaise, est un art martial créé pour les militaires thaïlandais au XVIe siècle. Il est classé en Occident parmi les boxes pieds-poings (BPP), c’est-à-dire les boxes dites « sportives ».

Aujourd'hui, la boxe thaïlandaise est pratiquée dans le monde entier par des personnes de tous âges et de tous niveaux. Cet art, dit dangereux, est tiré des pratiques martiales ancestrales, notamment dans ce qu’on appelle en Occident le muay boran (boxe traditionnelle) et du krabi krabong (pratique avec les armes) qui, tout comme la boxe thaïlandaise, nécessite des aptitudes physiques telles que la souplesse, les réflexes, la puissance et la force, mais aussi des aptitudes mentales comme la volonté, le courage et le respect. Le muay thaï est donc un descendant du muay boran. Dans ce dernier on trouve plusieurs styles (voir : Styles de Boxe Thai) issus du régionalisme et de certaines pratiques martiales traditionnelles (notamment pour quelques-unes elles sont inspirées du comportement animal). Parmi les styles les plus connus, on trouve :

  • Le muay-chaiya ou muay giow (style du Sud), ce style du XIXe siècle met l’accent sur la vivacité d’esprit afin de trouver des stratégies efficaces. La posture est anguleuse, la défense est privilégiée et les techniques de coude et genou sont particulièrement marquées. On utilise des techniques issues des animaux (notamment le tigre).
  • Le muay-korat (Est et Nord-est), privilégie un travail en force, telles les techniques de buffle.
  • Le muay-lopburi (région centrale), l’accent est mis sur une gestuelle intelligente (travail sur les variations de trajectoire et les feintes d’arme)
  • Le muay-thasao (Nord), les techniques consistent à prendre de vitesse l’opposant et les styles thématiques telles les techniques du singe blanc hanuman.

À propos du muay boran , il y a une expression qui énonce les principaux styles selon la formule : « Le poing puissant du Korat, l’esprit du Lopburi, la posture du Chaiya et la vitesse du Thasao ». Ces pratiques non compétitives de l'art thaïlandais sont regroupées (en Thaïlande) dans le vocable mae mai muay thaï.

La pratique de la boxe thaïlandaise est considérée comme sport national en Thaïlande. De nombreux petits clubs d'entraînement (appelés camps) parsèment le pays et accueillent les jeunes garçons à partir de sept ans. Les combats importants sont régulièrement retransmis tous les samedis et dimanches par les chaînes de télévision. Les deux stadiums les plus connus de Bangkok, où se déroulent les combats sont le Lumpinee et le Rajadamnoen. Ces endroits sont connus dans le monde entier et sont considérés comme la référence en Muay Thaï. Le Lumpinee est situé sur Rama IV Road, proche du Lumpinee park et le Rajadamnoen est situé sur Rajadamnoen Nok Road en face du quartier général de l'armée royale thaïlandaise. Chez les professionnels, le combat se déroule en 5 rounds de trois minutes. Il est précédé par une danse rituelle : le Ram Muay durant laquelle le Nak Muay (boxeur) porte le Mongkon (bande de tissu autour de la tête pour manifester le respect à son entraîneur et pour optimiser sa perception mentale), qui est composé de gestes codifiés exécutés par les deux adversaires individuellement et qui sont propres à chaque école ou style. Un petit orchestre composé d'un tambour, d'une cymbale et d'une flûte nasillarde, rythme les rounds. Les coups autorisés sont les suivants : coups de poing, de coude, de genou et de pied. Les corps-à-corps peuvent durer et sont l'occasion de coups de genou, ils peuvent se terminer par une projection de l'adversaire ou être interrompus par l'arbitre. L'usage des coups de coude est rare lors de la plupart des combats de boxe thaïlandaise hors Thaïlande; cela pour ses raisons de dangerosité. Les coups de pied circulaires sont souvent délivrés avec le tibia. Ces derniers les plus usités peuvent être considérés comme les « coups de base » du boxeur thaïlandais.

Les télévisions du monde entier retransmettent les grands combats de Muay Thaï en Thaïlande et au Japon particulièrement le spectaculaire tournoi du K-1 (kick-boxing japonais) avec ses 20 000 spectateurs et ses bourses de plus de 200 000 $. Cette forme déguisée de Muay Thaï a été influencée également par de nombreuses pratiques du Sud-est asiatique, notamment par la boxe birmane (lethwei) et la boxe cambodgienne (kun khmer) cousines du Muay Thaï.